Rechercher

Histoire du bokit : sandwich guadeloupéen par excellence


Les caraïbes ont aussi leur fast food, et leur spécialité appelée « bokit », un sandwich frit et croustillant.


Vous ne connaissez pas le sandwich gourmand antillais par excellence ? 😱

Le bokit est un sandwich que l’on peut garnir à sa guise, de poulet, de thon, de piment, ou de morue, un peu à la manière d’un kebab.


Il est LA spécialité antillaise de la street food des îles. Il est l’excellence de la restauration rapide guadeloupéenne.


Le bokit, la street food des iles


Le sandwich des rues guadeloupéennes est un sandwich frit qu’on agrémente de ce qu’on veut à l’intérieur. Le pain est principalement constitué d’eau, de farine et de levure. La garniture est sélectionnée avec soin, selon vos goûts.


On l’appelle le sandwich des rues, car il fait partie des spécialités antillaises qu’on trouve principalement dans les foodtrucks. Pourtant, un grand nombre de restaurants antillais le propose aujourd'hui.


Le bokit est une recette savoureuse emblématique de la cuisine créole, un peu comme ce que le nem est à la cuisine chinoise. Difficile pour un établissement spécialisé de ne pas le proposer.


La cuisine antillaise est un océan de saveurs où on retrouve des aliments comme la cannelle, les fruits exotiques, la farine de manioc, le lait de coco, et bien d’autres. De délicieux mets pour élaborer des plats aux préparations exotiques comme on aime les déguster.


Nous avons écrit un article sur le sujet, ici.



Le plat incontournable des Antilles, d’où vient-il ?



Le bokit a des origines amérindiennes. Né d’une galette de maïs cuite sur de la pierre, on le nommait « jonikin ». Il est ensuite devenu le « Johnny cake » après avoir parcouru l’Europe. Puis le « djonkit » ou « Donnkit » en république dominicaine.


Il a ensuite reçu son appellation définitive en Guadeloupe, le « bokit ».

Lieu où ils en ont fait un plat typique de l’île.


Consommé lorsque les moyens venaient à manquer, le pain était remplacé par cette sorte de « beignets » moelleux, à base de farine, d’eau, de sel et de saindoux.


On les appelait les pains chaudières en raison de la vapeur qui s’en dégageait. À l’époque, le célèbre sandwich guadeloupéen était cuit dans une casserole d’eau bouillante où il en ressortait des beignets ronds qu’on gardait au chaud à l’aide d’un torchon.


On garnissait ensuite les beignets de morue, de poisson frit ou de ce qu’il restait des repas de la veille.



Comment manger le bokit ?



La recette du bokit a évolué avec les générations. Il est toujours un incontournable des recettes antillaises, aujourd’hui plus élaboré qu’il y a un siècle.


Le pain est toujours frit. Dans la base, on y ajoute de la levure et du bicarbonate pour une meilleure texture.


La garniture se glisse à l’intérieur avec une base de crudités – salade, tomates, oignons – dans lequel on ajoute du poulet, de la morue, du thon, du jambon, du fromage, de l’omelette et même du lambi. (Coquillage guadeloupéen)


Pour rendre le plaisir culinaire encore plus fou, vous pouvez également ajouter du gingembre, des lentilles, du canard, du crabe, des saucisses, du poulet rôti, de la mozzarella ou même de la purée. Bien sûr, en restant cohérent, le but n’est pas d’y mettre de tout et n’importe quoi, mais d’en faire un sandwich unique.


Ces hamburgers frits sont servis avec frites ou salades.



Où manger un bokit ?


Le burger antillais se consomme à peu près dans tous les bistrots et restaurants créoles.


C’est le cas de French Karib, restaurant présent en Guadeloupe et à Paris 11 où il est possible de manger sur place ou à emporter. Vous pouvez commander directement sur le site pour gagner du temps et aller récupérer votre commande au restaurant.


Vous pouvez aussi vous faire livrer votre bokit, si vous ne vous trouvez pas très loin ;)



Chez french Karib, « la faim justifie les moyens ». ;)


20 vues0 commentaire